Le rédacteur web, acteur du référencement naturel

Le contenu d’un site internet influe sur sa visibilité sur les moteurs de recherche. On appelle ça l’écriture SEO (Search Engine Optimization), ou le référencement naturel.

Référencement naturel, SEO

Le travail d’un rédacteur web ne se limite pas à remplir des pages au kilomètre. Sa démarche s’inscrit dans la stratégie globale du site internet, voire d’une entreprise. Elle consiste notamment à organiser l’information et à accompagner le lecteur de façon à ce qu’il s’engage dans le processus attendu. Sa mission implique aussi à élaborer des articles bien structurés et à bien sélectionner les mots clés afin de favoriser l’accès à la page et sa lecture.

Optimiser le référencement naturel (SEO)

Le rédacteur vise à optimiser le référencement naturel de la page. Il peut y parvenir en sélectionnant avec soin les mots clés (ce qui peut impliquer l’utilisation des techniques 5W, des micromoments, ou encore celle d’outils tels Hyppersugest) et en les positionnant bien dans l’article. Il aide ainsi les robots des moteurs de recherche à faire les associations entre les mots et leur signification. En clair, les webmestres soucieux de la teneur de leurs pages sont récompensés par une meilleure visibilité.

Le responsable éditorial s’applique aussi à proposer des libellés bien formulés, des messages soignés et un bon confort de lecture. Et l’algorithme Google favorise les sites privilégiant un contenu de qualité.

Rédaction web : la qualité du contenu reste essentielle

Le SEO est une chose, la pertinence du contenu d’une page en est une autre. Ce n’est pas le référencement naturel ou les mots clés qui vont pousser le visiteur à rester sur la page, mais bien ce dont parle l’article, sa fluidité et son confort visuel. Cela peut paraître trivial, mais le texte doit être compréhensible et avoir de l’intérêt. Les utilisateurs reviendront en premier lieu sur les sites dont ils ont estimé le contenu de qualité.

Deux critères déterminent le degré de lisibilité d’un texte :

  • La lisibilité visuelle : elle a rapport à la perception du texte à l’écran. C’est physiologique, le déchiffrage sur écran génère plus de fatigue que celui sur papier. L’interface, qui ne dépend pas du rédacteur web, doit être optimisée pour offrir un confort visuel et faciliter la lecture. L’auteur de l’article peut pour sa part maximiser le ressenti des visiteurs en aérant son travail, en le mettant en forme et en le structurant.
  • La lisibilité cognitive : elle est liée à l’effort de lecture généré par le contenu et à sa facilité de compréhension. Le responsable du texte doit veiller à différencier les groupes d’information pour favoriser son appréhension. Il peut par exemple utiliser des enrichissements typographiques, des titres et des sous-titres. Il peut aussi fournir un sommaire et séparer les idées dans des paragraphes distincts.

Le texte doit être fiable, cohérent et adapté à la cible

La relecture est essentielle, puisqu’elle permet d’améliorer la fluidité du contenu : il existe plusieurs méthodes (à haute voix, à froid, à l’envers, etc.), qui donnent des effets différents. L’article doit également être cohérent et fiable. Il en va de la crédibilité du site et de la confiance que l’on souhaite transmettre au lecteur.

Le texte doit enfin s’adapter à sa cible et répondre à ses attentes d’informations. Il peut inclure diverses catégories de repères (temporels, culturels ou spatiaux) et implique de bien choisir son registre de langage.

Retour haut de page