Rédaction SEO : les bonnes techniques en 2020

Le référencement naturel est devenu l’une des clés de la stratégie digitale, pour bien figurer sur les moteurs de recherche. La rédaction SEO constitue l’un des leviers à utiliser en priorité pour mieux se positionner. Comme ceux de ses concurrents, l’algorithme de Google favorise un contenu pertinent et de qualité, mais pas seulement. Voici quelques éléments dont il est nécessaire de tenir compte lors de la rédaction d’une page internet ou d’un article de blog.

Machine à écrire Remington Standard.

Sommaire

Travailler la qualité de contenu

Il est toujours bon de rappeler combien il est indispensable de proposer un contenu de qualité à ses lecteurs. Le texte doit bien sûr être exclusif, rédigé par ses soins (ou par ceux du rédacteur web SEO auquel on a fait appel), et se révéler pertinent : il doit répondre à la problématique du visiteur. Si elle nécessite d’y passer du temps, la valeur ajoutée fera la différence par rapport aux sites concurrents et Google (ou les autres moteurs de recherche) ne manquera pas de le remarquer. La rédaction implique enfin de s’adapter aux exigences du référencement naturel, en hiérarchisant et structurant les idées.

Comme indiqué par ailleurs, le travail de rédaction doit s’inscrire dans une stratégie SEO globale, dans le but de séduire une cible déjà définie. La constitution d’une charte éditoriale paraît nécessaire, afin de guider les rédacteurs et d’apporter une homogénéité au contenu.

Renforcer le maillage interne

Le maillage interne d’un site internet correspond aux liens que l’on intègre entre ses différentes pages. Il peut permettre de guider le visiteur, voire de l’aider à se déplacer plus efficacement. Son optimisation implique une véritable réflexion sur les attentes du lecteur. La qualité doit évidemment primer sur la quantité.

La technique du cocon sémantique est un exemple de concept basé sur le maillage interne. Elle vise à mettre en place une arborescence adaptée sur les besoins de l’internaute.

Travailler la longue et la courte traîne

Le travail sur la courte et la longue traîne consiste à étudier les mots relatifs à un champ lexical particulier. Il doit être réalisé en amont de la rédaction d’un article, de façon à servir de support lors de l’écriture.

La longue traîne correspond à des mots clés de plus de quatre termes, peu concurrentiels et peu utilisés par les internautes. Ils peuvent néanmoins générer un trafic précis, avec un taux de conversion élevé. Plusieurs outils sont disponibles pour aider à les déterminer. La courte traîne est à l’exact opposé. Elle concerne des mots clés courts (un ou deux mots), très concurrentiels et très souvent tapés par les internautes. Miser sur ce type de requête permet d’obtenir un trafic très important.

Courte et longue traîne sont complémentaires. Mais la stratégie à adopter dépend avant tout de l’activité de l’entreprise et des profils recherchés. Si vous visez un trafic très ciblé, la longue traîne sera votre meilleure amie. Dans le cas contraire, il faudra se positionner sur des mots clés très concurrentiels.

Accessibilité : optimiser la mise en page

Le rédacteur web tient un rôle indéniable dans l’optimisation de l’expérience utilisateur. Il a pour mission d’écrire un contenu adapté à l’interface et à la marque. Et s’il pense au profil de la cible lorsqu’il choisit les termes de son article, il peut aussi rendre sa lecture plus agréable en aérant son texte ou en y intégrant des médias. La qualité de son travail peut permettre de réduire le taux de rebond. Elle influe aussi sur la fidélisation du visiteur.

Conclusion

Cette liste reprend quelques points importants, en rédaction SEO. Elle n’est toutefois pas exhaustive. Il est important de garder en tête que le seul objectif d’un rédacteur ne peut pas être le positionnement Google. Car c’est la pertinence du contenu proposé qui va satisfaire, ou non, le besoin du lecteur. Et les moteurs de recherche le savent…

Retour haut de page